der logo
der iso 9001

DER EST CERTIFIÉE ISO 9001 DEPUIS MAI 2015

L’actu DER

toutes les actualités du groupe DER

permeabilite reseau

Permeabilité des réseaux de ventilation permeabilite

17 octobre 2017

La perméabilité à l’air d’un réseau de ventilation représente la quantité d’air s’échappant d’un réseau de gaines de ventilation. Elle se mesure en m3/h/m2, c’est-à-dire qu’elle rapporte le débit de fuite à la surface des gaines, et cela sous un écart donné (cf. Figure 2). Il est à noter que la perméabilité de concerne par les autres éléments du réseau (échangeur de chaleur, caissons, etc.) L’objectif d’un réseau étanche est d’optimiser le fonctionnement de la ventilation en assurant une circulation homogène, tout en évitant au moteur de fonctionner en sur-régime.

La réglementation

L’étanchéité à l’air du réseau de ventilation est représenté par une classe d’étanchéité de « Par défaut » à D. L’échelle étant inversée, « D » est la meilleure classe, « C » moins bonne d’un facteur 3, etc…

La limite de chaque classe est déterminer par un facteur d’étanchéité. La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) ne fixe pas d’objectif en matière de performance du réseau de ventilation pour l’étanchéité à l’air, mais impose un contrôle en cas de « valorisation » de cette étanchéité (un classement meilleur que « Par Défaut ». Depuis le 1er septembre 2017, un nouveau guide répondant au nom de « FD E51 – 767 » a été publié et précise certain critère de la mesure. On notera notamment :

Quel réseau mesurer ? 

Dans la cas où une opération présente plusieurs réseaux, seront dorénavant mesuré :

Maisons individuelles groupées et non accolées : Tous les réseaux sont mesurés

Maisons individuelles accolées ou logements collectifs traités individuellement : Échantillonnage

Bâtiments tertiaires, et bâtiments résidentiels collectifs avec système de ventilation desservant plusieurs logements : Échantillonnage

Étant entendu qu’un « réseau » correspond à un ventilateur : une ventilation hygro B est constituée d’un réseau, une DF de deux réseaux, 4 CTA représente 8 réseaux, etc…

Dans les cas d’échantillonnage, il convient de sélectionner un tronçon en prenant en compte :

  • Règle 1 : pour tout type de réseau

– Aj ≥ 10 % surface développée totale, et au moins 10m2,

– Et la section inclut au moins un té souche, s’il en existe sur le réseau,

– EtL/Aj≥1.

  • Ou règle 2 : pour les distributions par étage

– La section comprend un étage complet jusqu’au caisson de ventilation,

– Et Aj ≥ 20% surface développée totale, et au moins 10m2,

– Et le rapport d’essai donne la valeur de L/Aj.

  • Ou règle 3 : pour les distributions par colonne

– La section comprend une colonne complète jusqu’au caisson de ventilation,

– Et Aj ≥ 20 % surface développée totale, et au moins 10m2,

– Et le rapport d’essai donne la valeur de L/Aj.

 

Quand mesurer ?

La mesure réglementaire s’effectue à réception du réseau, ce qui signifie que le réseau est complet, et que l’ensemble des travaux pouvant affecter l’étanchéité sont terminés.

Dans la pratique pour des raisons diverses d’accès, d’avancement ou d’échantillonnage, certains éléments peuvent être exclue des mesures. Dans ce cas, la norme prévoir des coefficients prenant en compte ces points selon le tableau suivant :

FD E51-767 - coefficient

Enfin, la mesure s’effectue à une pression de fonctionnement conformément au tableau suivant :

FD E51-767 - pressions

Dans tous les cas, la mesure doit être effectué par un opérateur disposant de la qualification Qualibat 8721.

N’hésitez pas à nous soumettre vos problématiques de mesure de réseau afin de savoir quelles sont vos obligations et le protocole à appliquer, via contact !

 

Source : CEREMA, site RT Bâtiment, FD E51-767 de mars 2014 et FD E51-767 de septembre 2017

Thermographie infrarouge bâtiment thermographie

25 septembre 2017

Les premiers signes de l’hiver arrivent, et il sera bientôt temps de remettre nos systèmes de chauffage en route. Ces mêmes systèmes qui sont aujourd’hui au centre de nombreuses annonces : prime de l’Etat pour un changement de chaudière, appel de votre installateurs pour la maintenance annuelle, etc…Toutes ces annonces n’ont vraiment de sens que si ces systèmes ne sont utilisés dans une enveloppe de bâtiment qui n’est pas une passoire : entendez par là une enveloppe avec un isolant en bon état et en bonne place, et une étanchéité à l’air satisfaisante.

La thermographie infrarouge est une technique qui permet la visualisation d’une enveloppe pour en déterminer avec précision l’état ET la localisation d’éventuels « désordres thermiques », ceci encadré par une norme NF EN 13187. Pourquoi faire appel à un thermographe professionnel pour réaliser cet audit ?

thermographie alsacethermographie besanconthermographie paris

 

 

La caméra thermique adaptée

L’outil primordial est évidemment la caméra thermique utilisée. Celle-ci est déterminée par différents paramètres, comme un appareil photo. Mais elle doit avoir une taille d’image satisfaisante pour pouvoir exploiter les images. Ces images doivent avoir un détail suffisant (une « définition ») pour identifier les défauts, et une sensibilité forte pour détecter un maximum de défaut.

thermographie alsace

Une connaissance de tous les phénomènes thermiques

La détection des défauts par thermographie nécessite non seulement une image thermique de base satisfaisante, mais également une compétence spécifique du thermographe. En effet, l’image thermique n’est qu’une visualisation des températures de surfaces : en clair, il n’y a pas de mesure d’un défaut. La détection de l’irrégularité thermique dépend fortement de l’interprétation du thermographe, et donc de sa compétence. Les différents paramètres qui entrent en jeu peuvent être les températures extérieures et intérieures, l’humidité, les matériaux, les structures, les angles de prises de vue, les conditions d’exposition au vent ou au soleil, etc…

thermographie alsace

Le contexte et les enjeux d’une thermographie

Ces différents facteurs doivent aussi prendre en compte le contexte de la thermographie du bâtiment. En effet, cette technique peut être utilisée sur tous les types d’opération, mais s’il apparait évident que le seuil de tolérance n’est pas le même entre un projet de thermographie avant réhabilitation et une thermographie à réception d’un bâtiment, il convient de s’adapter à différents objectifs de la thermographie :

Thermographie avant rénovation : cette intervention a pour but de détecter une maximum de défaut de l’enveloppe pour ensuite établir un plan de bataille en fonction de l’importance (intensité et taille), ou de préciser les modèles simulés par les bureaux d’étude thermiques.

Thermographie à réception : tout l’enjeu de ce type d’intervention est de vérifier les mises en œuvre de matériau (notamment les isolants extérieurs) et le traitement des points dits « singuliers » (angle, jonction structure, joint de dilatation), en fonction des bonnes pratiques et des cahiers des charges.

Thermographie expertise : ce type d’intervention est généralement réalisée dans un contexte spécifique, comme par exemple une surconsommation de chauffage, une impossibilité d’atteindre les températures de consignes, ou en complément d’une expertise dommage-ouvrage.

Thermographie de labellisation : les opérations immobilières d’envergure certifient leurs performances thermiques par des labels spécifiques (NF Habitat Environnement, HQE, Effinergie+, BREEAM, LEED, WELL…), dont certains requiert la thermographie comme outil de contrôle. La connaissance des cahiers des charges de ces labels permets alors au thermographe de suivre le protocole adapté.

Thermographie de recherche : certaines pathologies spécifiques du bâtiment peuvent être identifiées et localisées grâce à la thermographie infrarouge, ou des dérivées (thermographie stimulée par exemple). On pourra citer les cas particuliers de mapping de réseau de chauffage urbain ou d’habitation, la recherche de fuites en réseau de chauffage au sol, la mise en évidence de zone humide, par fuite ou capillarité.

Thermographie aérienne : la vitrine flashy de la thermographie infrarouge a pour but un effet de sensibilisation d’un territoire donnée. Les diagnostics techniques qui en découlent restent limités. On préfèrera une solution de thermographie de façade ou des appuis ponctuel par drone par exemple.

 

Permeabilite d’une gendarmerie à Paris permeabilite

21 juillet 2017

Lors de la construction de ce nouvel équipement, nous avons eu la chance de mesurer la perméabilité de cette gendarmerie composée de mur bois en préfabrication hors-site.

Une mise en oeuvre soignée et des raccordement pensés en amont ont permis la réalisation d’une enveloppe étanche, avec un Q4 inférieur à 1.00

Test d’étanchéité d’un bâtiment collectif dans le Doubs infiltrometrie

27 mars 2017

La RT2012 impose la mesures des bâtiments collectifs, avec une obligations de résultats de 1.0 m3/h/m² maximum à atteindre. La dernière version du FD P50-784 indique de quelle manière ces mesures doivent être mise en oeuvre. Il est intéressant de discerner plusieurs cas de figure :

  • SHON-RT du bâtiment inférieure à 500 m² : dans ce cas, le bâtiment est mesuré dans son ensemble, comme un grande maison individuelle (sauf cas particuliers, que nous nous ferons une joie de vous détailler par téléphone…). Le point positif de cette configuration est l’annulation des fuites entre logement et partie commune (dans la cas de gaine palière par exemple). Le pendant de cet avantage est la prise en compte des fuites des locaux communs, comme le désenfumage par exemple….
  • SHON-RT supérieure à 500 m² : dans ce cas, on procède par échantillonnage réglementaire, de 3 ou 6 logements en fonction de l’opération, et des parties communes, également en fonction de l’opération.

Dans tous les cas, cette version s’applique à toutes les mesures effectuées depuis le 1er septembre 2016 : en effet, les nouvelles dispositions s’appliquent à date de mesure, et non à date de permis de construire de l’opération (ou tout autre date d’effet). Ainsi, il sera peut-être intéressant de contacter un mesureur en amont des OPR pour savoir quelles type de mesure s’applique au bâtiment collectif, et ainsi anticiper certains risques, par exemple concernant des cages d’ascenseur dans les communs.

Etanchéité à l’air en France infiltrometrie

14 mars 2017

Dans le cadre des qualifications professionnelles obligatoires Qualibat 8711 et 8721, l’ensemble des mesureurs de France tient à jour un registre des opérations permettant de réaliser des études statistiques des résultats de test de perméabilité à l’air en France.

Ces statistiques sont présentées lors de réunion restreintes ou plénières, comme sur le dernier salon BePositive de Lyon.

C’est ainsi que nous apprenons les résultats de quelques 108 000 mesures réalisées en France, selon la cartographie ci-dessous :

A mettre en rapport de la carte officielle des constructions…

Toutes ces mesures, compilées et vérifiées, mettent en évidence les résultats suivants :

 

Resultat permeabilite logement

Avec, comme repères, les données générales suivantes :

  • étanchéité à l’air moyenne des maisons individuelles : 0.4 m3/h/m² :

Resultat infiltrometrie maison RT2012 en france

  • étanchéité à l’air moyenne des immeubles : 0.6 m3/h/m² :

Resultat infiltrometrie immeubles RT2012 en france

  • étanchéité à l’air moyenne des tertiaires : autour de 1 m3/h/m, selon les typologies :

Resultats permeabilite tertaire

Ces mesures, présentées par Qualibat, mettent en évidence de nombreux progrès réalisés dans la qualité de la construction durant ces dernières années. Ils alertent également sur une stagnation des valeurs mesurées, alors que les nouveaux labels énergétiques (E+C- notamment) vont dans le sens d’une étanchéité à l’air plus exigeante encore ! Ces points feront l’objet d’un prochain article…

 

perméabilité d’un centre de secours du Doubs permeabilite

21 février 2017

La mesure de perméabilité à l’air des enveloppes permet non seulement de satisfaire à certain critère de normes et/ou réglementation, mais elle est aussi un excellent moyen d’évaluer la qualité de réalisation des ouvrages.

L’opération représentée concerne la mesure des performances d’un nouveau centrer de secours du Département du Doubs. Ce centre accueille les équipes de pompier et les équipements de lutte contre l’incendie (véhicules, pompes, accès, etc.). L’objectif du Département est de veiller à la qualité de réalisation de ces projets majeurs.

Nous avons été choisi pour réaliser ces mesures de perméabilité, avec deux objectifs :

  • la vérification des critères énergétiques et réglementaires de l’opération, avec une mesure complète des zones de vie (bureau, vestiaires, salle de repos)  et des zones de stockage, avec notamment des portes sectionnelles permettant l’accès des véhicules.
  • Une recherche de fuites complète et exhaustive qui permet de localiser les entrées d’air de manière à y remédier rapidement.

 

Infiltrometrie d’un bâtiment collectif à Saint Louis infiltrometrie

8 février 2017

C’est à proximité de Saint Louis (68) que nous sommes intervenu pour un test à l’air d’un bâtiment collectif rénové. Conformément à la norme ISO9972 en vigueur, un échantillonnage de 3 logements a été sélectionné et mesuré. L’objectif est de parvenir à une performance BBC Rénovation. Avec une valeur de Q4 = 1.3 m3/h/m², l’objectif est atteint, et l’opération devrait même encore être amélioré avec la corrections des fuites identifiées sur place, notamment concernant les menuiseries.

Le protocole suivi par cet acteur de l’habitat social sur le critère d’étanchéité à l’air est tout à fait pertinent, puisque des mesures ont été réalisées en 3 phases :

  • DIAG : détection de sources de fuites avant travaux, ce qui permet de s’assurer de traiter les points sensibles
  • EXE : test à l’air en cours de travaux, qui valide les premiers ouvrages et les modes opératoires
  • OPR : validation des objectifs BBC du projet

Nous sommes heureux d’avoir pu apporter un certains nombres de pistes d’améliorations, et participer ainsi à la réhabilitation d’un bâtiment social aux critères énergétiques contraignant.

Infiltrometrie d’une maison RT2012 Pontarlier infiltrometrie

23 janvier 2017

La RT2012 impose aux maitres d’ouvrage de respecter plusieurs critères lors de la construction. DER accompagne de longue date plusieurs constructeurs dans ces étapes de la réglementation. Les efforts, les sensibilisations et l’évolution du savoir-faire paient ! La preuve avec de très belles réalisations, dont celle-ci, atteignant une étanchéité à l’air de 0.16 m3/h/m2 (soit 75% de moins que la réglementation sur le critère d’étanchéité à l’air !).

Cette maison bois d’environ 150 m² au sol, sur sous-sol béton, est équipée d’un chauffage bois et d’une VMC simple flux.

permeabilite universite lyon

Mesure de perméabilité sur l’université de Lyon permeabilite

20 janvier 2017

Dans le cadre d’un large plan pour la rénovation énergétique de son parc de bâtiment, le patrimoine bâti de l’université de Lyon bénéficie actuellement d’une rénovation énergétique ambitieuse, qui prends en compte l’aspect thermique et le critère architectural du bâtiment classé. Les solutions apportées par les entreprises doivent répondre à un cahier des charges précis.
L’étanchéité à l’air de ces ouvrages devient un sujet d’importance sur plusieurs plans :
– le plan énergétique évidemment
– le plan architectural, avec des solutions de joint et calfeutrement « discretes »
– le plan du confort thermique et acoustique, pour les futurs occupant
– la pérennité de ouvrages mis en oeuvre.
DER a été choisi pour tester la perméabilité à l’air de l’ensemble de l’opération, notamment sur la base de notre savoir-faire sur les bâtiments non-résidentiels et sur la qualité de nos analyses quant aux sources de fuites.
Ce projet s’inscrit dans la durée, avec un accompagnement de plusieurs mois sur la perméabilité à l’air de l’opération. Merci à l’équipe de la maitrise d’ouvrage pour leur confiance.

Perméabilite d’un bâtiment industriel permeabilite

5 septembre 2016

Les bâtiments industriels présentent souvent la particularité de combiner plusieurs réglementations applicables : par exemple RT2012 et zone soumise au droit du travail.

Néanmoins, la perméabilité à l’air peut ou doit être mesurée dans de nombreux cas :

– dans le cadre de la RT2012

– dans le cadre d’un label spécifique, avec des cibles liées à la perméabilité à l’air (HQE, BREEAM, Effinergie)

– dans le cadre d’activité spécifique, nécessitant de limiter les échanges avec l’extérieur (zone confinée, atmosphère contrôlée…)

Nous sommes intervenus auprès d’un maitre d’ouvrage de Franche-Comté pour valider les niveaux de perméabilité à l’air d’un bâtiment industriel, avec deux objectifs distincts : zone de bureau et zone de production. Les valeurs atteintes sont conformes aux exigences élevées du maitre d’ouvrage, permettant ainsi la conformité du bâti avec les exigences techniques du site.

 

Formulaire de contact

Quelque soit votre demande, n’hésitez pas à nous en faire part.